Libye: la France a déjà dépensé plus de 160 M €

Alors que l’on prétend que le déficit budgétaire de la France serait abyssal, la guerre en Libye se poursuit discrètement et imperturbablement. Et elle coûte de plus en plus cher !

Le prétexte du déficit budgetaire qu'il faudrait réduire a justifié le gel des salaires, la casse de l'emploi des fonctionnaires par le non remplacement d’un emploi sur deux (Qui va se traduire à Dieppe par la fermeture au public des services de la Sous-préfecture), dépeçage de la Fonction et des services publics (le gouvernement annonce la suppression de 30.500 nouvelles suppressions de postes au budget 2012 dans la Fonction publique), la politique d'austérité tous azimuts ne connaît qu'une exception : les bombardements quotidiens en Libye.

Ah ! pour faire la guerre on trouve de l'argent ! le problème est qu'ensuite il faut en rembourser le prix !

L'intervention militaire de la France en Libye a coûté jusqu'ici 160 millions d'euros, a déclaré la ministre du Budget, Valérie Pécresse, dans un entretien au Journal du dimanche (JDD).

Or fin juin, lors du salon aéronautique du Bourget, le ministre de la Défense, Gérard Longuet, avait évalué à 100 millions le coût des trois premiers mois de cette opération, lancée le 19 mars et qui mobilise l'aviation française au rythme d'environ 200 sorties par semaine en moyenne.

Et début mai, il n'était évalué qu'à 50 millions d'euros.     

"Le coût de notre intervention en Libye s'élève à ce stade à 160 millions d'euros", a dit Valérie Pécresse au JDD." Qui va payer ?

Ce sont les munitions qui représentent la part la plus importante de la facture : 60 millions d'euros depuis trois mois.

Les bombes guidées par laser ou GPS (GBU 12, GBU 49 et A2SM), utilisées par l'armée de l'air et l'aéronavale, coûtent de 20 000 à plus de 100 000 euros pièce. Il faut par exemple compter 850 000 euros pour un seul missile de croisière Scalp.

Les primes des soldats engagés dans l'opération s’élèvent déjà à 25 millions d’euros.

Les opérations extérieures (Tchad, Côte d'Ivoire, lutte contre la piraterie en océan Indien, Liban dans le cadre de l’ONU et Afghanistan, soit plus de 12 000 hommes) avaient été évaluées à 900 millions d'euros cette année, pour 630 millions d'euros déjà budgétisés.

On nous dit qu'en cas de dépassement, l’argent sera prélevé sur un fonds de prévention interministériel. Autrement dit, ce sont les budgets des autres ministères qui seront mis à contribution pour financer le surcoût des opérations militaires.

L’engagement militaire de la France a coûté 900 millions d’euros en 2010. Il sera donc vraisemblablement dépassé en 2011.

Or l'Otan, qui supervise les opérations, les a prolongées jusqu'au 27 septembre. La France va devoir suivre; elle est prise dans un engrenage sans fin ! Avec combien de millions d'euros (de milliards ?) d'emprunté sur le marché financier ?

Qui va payer le coût de la guerre ? Les salariés, les retraités, les chômeurs, etc. Cela nous promet une super austérité renforcée ! Comme en Grèce?

Retour à l'accueil