Non aux suppressions d'emplois à la cidrerie d'Anneville-sur-Scie

 

La direction de la cidrerie du Duché de Longueville a décidé de supprimer l'embouteillage du cidre à la cidrerie d'Anneville, ce qui représente 8 emplois. En conséquence, elle a décidé de supprimer 18 emplois sur le site (sans compter les salariés qui seraient mis en pré-retraite): cherchez l'erreur. En réalité elle en profite pour fermer le laboratoire (6 emplois), supprimer les postes de cadres et de techniciens. 

 

La cidrerie d'Anneville, appartient au groupe CCLF N°1 du cidre, qui vient de racheter deux nouvelles cidreries de 25 et 30 salariés; il veut faire des "économies d'échelle", pour accroitre ses profits au service des dividences de ses actionnaires, sur le dos des salariés; dans l'affaire il travaille à la désertification de nos campagnes, et ce sont tous les habitants qui vont en subir les conséquences. Le group CCLF produit le cidre Loïc Raison; Il a fait un chiffre d'affaire de 50 millions d'euros en 2009.

 

CCLF est une filiale du groupe, Agrial, basé à Caen, qui a fait 32,7 millions d'euros de chiffre d'affaire en 2009 (28,7 en 2008). Ce groupe est propriétaire des marques Elle & Vire, Florette, Coeur de lion, etc. C'est un gros de l'agroalimentaire.

 

Le tract intersyndical CGT et FO, dénonce la situation et revendique: Non aux licenciements !!! gardons nos emplois à Anneville"

 

"Depuis des années les salariés de la cidrerie d'Anneville ont donné toute leur force au service de l'entreprise.

 

"Ils ont déjà subi des licenciements économiques pour le profit maximum des différents groupes qui les ont rachté. C'est à dire que la productivité du travail a augmenté au détrment de la santé de chacun. Nous n'acceptions pas cette nouvelle vague de licenciements

 

"Il est possible de travailler et de moderniser notre outil de travail, qui permettrait de créer de semplois sur notre site de production.

 

"Mesdames, Messieurs les actionnaires et  les dirigeants, vous n'avez rien fait pour revaloriser l'entreprise en mettant en place de nouveaux moyens technologiques, qui favoriseraient les nouveaux débouchés pour le consommateur, ni pour diversifier  l'activité. (...)"

 

Le Comité d'entreprise a décidé de nommer un expert, et les sections syndicales CGT et FO ont décidé de mobiliser les salariés et la population, car derrière ce choix qui risque de faire plonger les effectifs d'un peu plus de 50 salariés à moins de 30, c'est la survie même de l'entreprise qui est en jeu. Il est à craindre que les propriétaire, basés en Basse-Normandie, ne ferment l'usine d'ici à deux ans, en se contentant de récolter les pommes, de les transporter dans une unité de production bas-normande par semi-remorques, pour qu'elles y soient transformées en cidre (breton !!!).

 

Dans les années 1970, la cidrerie d'Anneville avait un effectif de plus de 250 personnes, avec la conserverie. La ligique capitalistique, les rachats successifs (un temps elle fut une filiale de Pernod-Ricard, qui a provoqué une vague de 25 licenciements en 2003), a conduit à l'effondrement des effectifs. On est ici dans un exemple concrêt qui  montre que les profits marchent contre l'emploi. 


Un aspect du dossier est que les emplois supprimés risquent d'être des séniors, la moyenne d'âge des salariés de l'entreprise s'approchant des 50 ans; une dizaine de salariés a plus de 54 ans. Au moment où le gouvernement s'agite et gesticule autour de l'emploi des séniors, et de l'allongement de l'âge de départ à la retraite, voici un dossier qui le met au pied du mur ! Il y a là matière à démontrer que le discours public des ministres et des représentants de l'Etat n'est pas de la poudre aux yeux; à eux de le démontrer  en agissant auprès de leurs amis actionnaires pour empêcher les suppressions d'emplois et assurer la pérennité du site de la cidrerie d'Anneville.

 

Les salariés de l'entreprise seront dans l'action le 27 mai, pour l'emploi, les salaires et la retraite, avec l'ensemble des salariés, actifs, chômeurs et retraités de la région dieppois:


Tous devant la Gare SNCF de Dieppe à 10h30, le 27 mai !

Retour à l'accueil