Nouvelle hausse injustifiée du prix du gaz


Le  1er avril 2001 les usagers du gaz ont subi une nouvelle hausse injustifiée des tarifs : 5,2 % soit 20 % sur un an et plus de 60 % depuis l’ouverture de capital de Gaz de France en 2004 !

 

INJUSTIFIEE car GDF SUEZ (après Gaz de France) accumule année après année un résultat de plusieurs milliards d’euros qui sont redistribués essentiellement aux actionnaires !

 

Pour 2010, l’effet prix sur les ventes et l’hiver froid, à eux seuls, ont permis à GDF SUEZ d’engranger 600 millions d’euros supplémentaires.

 

La restitution de ces sommes aux consommateurs aurait permis une baisse de tarif de 8 % !

 

INJUSTIFIEE car les modalités de fixation des tarifs ont été modifiées successivement (*) pour permettre à Gaz de France de capter une marge toujours croissante sur les consommateurs.

 

Le but était de rendre l’entreprise rentable financièrement pour pouvoir la privatiser.

 

Aujourd'hui, cela alimente les dividendes dont bénéficie aussi l'Etat.

 

Et cela, bien sûr, sans aucune transparence !

 

On peut pour le moins s’étonner de l’augmentation prétendue des contrats d’approvisionnement à long terme de GDF SUEZ dans un marché gazier en surcapacité.

 

INJUSTIFIEE car elle pèse lourd sur les ménages qui subissent des pertes de pouvoir d’achat !


D’un côté, le gouvernement prend des mesures pour les plus démunis en créant l’observatoire de la précarité énergétique et dans le même temps, il accepte les hausses successives qui gonflent les factures.

 

Quelle hypocrisie !

CA SUFFIT !

 

La CGT exige un moratoire sur les hausses des tarifs gaz !

 

La CGT revendique la mise en place d’une commission intégrant les représentants des usagers, des élus et des salariés, dans laquelle la transparence des coûts réels serait de rigueur pour la fixation des tarifs réglementés, ce qui permettrait un juste retour vers les consommateurs des politiques d’optimisation d’approvisionnement.

 

Pour la CGT, l’arrêt annoncé, de façon « électoraliste », des augmentations du gaz ne peut en aucun cas remplacer la BAISSE DES TARIFS GAZ NECESSAIRE, POSSIBLE ET URGENTE !

 

(*) Jusqu’en 2002, les tarifs domestiques étaient basés sur les coûts comptables réels, ce qui permettait que l’achat du gaz au meilleur coût par Gaz de France bénéficie aux usagers.

Retour à l'accueil