Offensive du FMI contre l'indexation des salaires en Belgique

Les salariés belges ont, comme c’est le cas en France pour le Smic, des mécanismes de relèvement des salaires pour suivre l’augmentation des prix.

Ce mécanisme a aussi existé en France pour les fonctionnaires français, jusqu’à que le gouvernement Maurois ne le supprime en 1982. Depuis le pouvoir d’achat des fonctionnaires a reculé de près de 30%, conduisant à ce que leurs salaires deviennent de moins en moins attractifs.

 Or ces systèmes d’indexation des salaires sur les prix ont été obtenus en 1968, à la suite de grandes batailles pendant les années 50 et 60 sur la revendication que soit créée une « échelle mobile des salaires ».
 

Le Fonds monétaire international (FMI), à l'appuis les Agences de Notations, se fait le relais des offensives patronales qui veulent briser ces acquis. Il a de nouveau critiqué vendredi 27 janvier 2012 le système d’indexation automatique des salaires belges, estimant qu’il poserait 'un certain nombre de problèmes”, notamment une perte de compétitivité pour l’économie belge. (lire l'article sur Sudpresse.be)

Pourtant son rapport rédigé au terme d’une mission d’une délégation de ses experts en Belgique, le FMI constate que l’inflation est plus élevée en Belgique que dans les autres pays européens. Grâce au système d’indexation des salaires, cette forte inflation n’a donc que des effets marginaux sur le pouvoir d’achat, et ne se traduit donc pas par les décrochages des salaires par rapport aux prix, phénomène que l’on connait actuellement en France. (Lire sur notre site: Prix : l’année 2011 aura été une année noire pour l’inflation !)

 

A la place d’une indexation automatique, les experts du FMI suggèrent évidemment une politique d’évolution salariale “sur mesure” qui serait établie secteur par secteur, qui aurait évidemment pour conséquence de décrocher les salaires des prix ; on en a l'exemple en France. or l’inflation a atteint 3,65% en janvier en Belgique, et que l’indice-pivot déclenchant la hausse automatique pour la fonction publique et les allocations sociales a été “largement” dépassé; les dégats sur le pouvoir d'achat seraient brutaux.

Retour à l'accueil