Pas touche à Joseph Tual délégué du personnel CGT de la Rédaction Nationale de France 3 !

Joseph-thual-SNJ-CGT-FR3-03.jpeg
La direction de France Télévisions et la rédaction de France 3. Le journaliste Joseph Tual, délégué du personnel SNJ-CGT, en place depuis 1987 a reçu une lettre de convocation à la direction des ressources humaines de la chaîne publique pour un entretien préalable à un licenciement pour "faute grave." Le reporter payerait pour une série de messages sur le site de microblogging Twitter, dans lesquels il décoche quelques traits contre Rémy Pflimlin, son grand patron, et Thierry Thuillier, le boss de l'information de France Télévisions. Dans l'affaire, c'est bien la liberté d'expression qui est menacée !

Communiqué du SNJ-CGT
"La direction de France télévisions aurait-elle décidé de se débarrasser des journalistes CGT à la Rédaction Nationale de France 3 ?

Au lendemain de l’assemblée générale à l’initiative de la société des journalistes et des syndicats, qui a vu une majorité de journalistes et de techniciens fustiger la Direction de l’information pour sa conception erronée d’une ligne éditoriale de service public, le jour même où la presse nationale rend compte de cette assemblée générale, Joseph Tual grand reporteur et délégué du personnel CGT de cette rédaction, se voit interdire d’exercer son métier par un courrier en recommandé que ne renieraient pas les patrons du privé qui veulent « se payer » des syndicalistes et notamment ceux de la CGT !
Joseph Tual est mis à pied de manière conservatoire, avant un entretien préalable fixé au 25 mai en vue d’une sanction pour faute grave pouvant aller jusqu’au licenciement sans préavis et sans indemnités. Son badge d’accès à l’entreprise a même été désactivé ! La Direction ne peut en aucun cas justifier cette mise à pied !

En revanche, il semble bien que la Direction ait perdu la tête suite à la contestation de la ligne éditoriale, ligne éditoriale que le SNJ-CGT a souvent dénoncée dans ses prises de positions.

Comme l’assemblée générale, nous pensons que nos éditions faites de faits divers, de micros-trottoirs, de sensationnalisme, de commentaires partisans de certains chroniqueurs lors des élections, de rubriques consommateurs, d’éloignement avec les problèmes des gens, ne sont pas dignes du service public !

Cette contestation, normale dans une rédaction, ne semblerait pas plaire à certains encadrants qui ont dans leur viseur plusieurs « éléments » porteurs de cette contestation, dont des élus et militants de la CGT.
La CGT met solennellement en garde la Direction : toute tentative contre la rédaction, contre ses élus ou militants, trouvera une riposte immédiate à la hauteur de l’enjeu, y compris la grève.
Il est temps de recouvrer ses esprits, de permettre à Joseph Tual d’exercer son métier de journaliste, ce qu’il fait depuis 25 ans au sein de la Rédaction Nationale de France 3, pour la fierté de la chaîne qui a su vanter ses mérites".
SNJ-CGT, Paris, le 16 mai 2012
Retour à l'accueil