Pauvreté: Le nombre de personnes couvertes par la Couverture maladie universelle (CMU) atteint les 5 millions de bénéfiaires

couverture-maladie-universelle.jpgLe nombre de bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) a progressé de 9% en un an, et a atteint 4,96 millions de personnes fin mars, selon les chiffres publiés hier par le fonds CMU et présentés dans Les Échos du 7 juillet 2014.  

La CMU ouvre le droit à une prise en charge à 100 % des frais de santé, dans certaines limites : hôpital, consultation de médecins, médicaments, une paire de lunettes par an,...

Rappelons que les recettes du Fonds CMU sont consituées, d'une part, par le produit de la taxe CMU (taxe de solidarité additionnelle) à laquelle sont assujetties les mutuelles; cette taxe est donc financée par les cotisations de leurs adhérents; cette contribution est égale à 6,27 % des primes ou cotisations des complémentaires santé. Le fond CMU est alimenté, d'autre part, par une fraction du produit du droit de consommation sur les tabac (3,15 %).

Donc, à la différence de ce qu'écrit les Échos, cette prestation n'a rien a coûté aux finances publiques,... mais a coûté 1,6 milliard d’euros aux mutualistes et aux fumeurs.

Ajoutons que ces 1,6 milliards ne proviennent en aucune façon des caisses patronales, ce qui n'aurait pas été le cas si on avait appliqué à la CMU les règles de financement de la  Sécurité sociale. En conséquence, dans cette affaire comme dans beaucoup d'autres, tout le monde n'est pas solidaires; mais ce sont principalement les salariés et les retraités qui sont "solidaires pour deux" !

La Couverture maladie universelle est ouverte à tout célibataire dont les revenus mensuels sont inférieurs à 720 euros; pour un couple avec un enfant, le plafond de ressources mensuel est de 1.297 euros. L'énorme augmentation du nombre des bénéficiaires de la CMU montre la dégradation de la situation économique et sociale de notre pays — et la croissance exponentielle de la pauvreté — au moment où le gouvernement multiplie les cadeaux au patronat (CICE, pacte de responsabilité, aides multiples et incontrôlées, etc.), alors que les dividendes versés aux actionnaires augmentent.

 

Retour à l'accueil