Pompiers : Service public en danger !!!

 

Lu sur le site de la Fédération CGT des Services publics

 

Pompiers-1 

Deux propositions de loi sur l’engagement des sapeurs pompiers volontaires ont été déposées au parlement. Elles organisent un véritable recul de société

 

Deux propositions de loi ont été déposées dernièrement au parlement. L’une présentée par Monsieur Pierre Morel-A-L’Huissier et soutenue par 53 députés de la majorité présidentielle et l’autre présentée par Monsieur Roland Courteau soutenue par 49 sénateurs socialistes.

 

Les exposés des motifs de ces deux propositions, entendent consacrer le principe selon lequel les sapeurs pompiers volontaires sont des citoyens qui s’engagent librement au service de la communauté et ne peuvent en conséquence, être qualifiés de «travailleurs ».

 

S’ils venaient à voter ces deux lois, les représentants de la nation excluraient : 198 000 hommes et femmes, dont 11 000 membres du service de santé et de secours médical (médecins infirmiers pharmaciens vétérinaires psychologues), de toutes mesures de protection de la santé et la sécurité (protection sociale, cotisations sociales, temps de travail, repos de sécurité, représentativité syndicale, activités sociales, retraite etc).

 

Ainsi le salarié qui a fini sa journée de travail au volant de son bus scolaire, pourrait au nom de son «engagement citoyen de sapeur pompier» être alerté dans la nuit au centre de secours. Pour peu que durant cet «engagement citoyen» il ne dorme que deux heures en raison d’une forte sollicitation opérationnelle, on le retrouvera le lendemain matin exténué au volant de son bus de ramassage scolaire avec la responsabilité de transporter de nombreux enfants.

 

Autres conséquences de ces deux propositions de loi dangereuses :

  • -La non-application du code du travail aux sapeurs pompiers volontaires.
  • -L’allègement des critères d’aptitude physique, au détriment de l’intégrité physique de ces agents.
  • -Des formations à minima alors que les missions sont de plus en plus techniques.

En résumé : Elles s’inscrivent dans une stratégie d’ensemble visant à faire fonctionner le service public français en ayant recours au Caritatif, à l’Associatif pour compenser les destructions d’emplois publics organisés depuis de nombreuses années. Demain si on laisse faire, nous reverrons les «bonnes sœurs» dans les hôpitaux.

 

La volonté manifeste de laisser le volontariat en dehors des règles du code du travail suggère à qui profite le crime. Le code du travail appliqué est garant de la protection sociale, physique et morale des travailleurs. En s’affranchissant de ces obligations, le pouvoir public spolie les droits des travailleurs à de seules fins comptables.

 

En lire plus sur le site de la Fédération des Services Publics (projets de loi, tracts CGT, etc.)

Retour à l'accueil