Prix : l’année 2011 aura été une année noire pour l’inflation !

D’après l’Insee, les prix à la consommation sont en hausse de 0,4 % en décembre 2011 ; ils ont augmenté de 2,5 % sur l’ensemble de l’année 2011. Mais cet indice cache des disparités : la hausse des prix produits alimentaire, celle des prix de l’énergie et des carburants.

Les prix de l’alimentation augmentent de 3 à 6%
 

D'après l'Insee les prix de l’alimentation ont augmenté de +3,3 % sur un an.

Les prix des fruits frais, quant à eux ont augmenté de +4,0 % sur un an, malgré une légère baisse dans le dernier trimestre.

Les prix des produits alimentaires hors produits frais ont augmenté de +4,1 % sur un an. De même les prix des viandes : +4,0 % sur un an.

Les prix du pain et des céréales : +3,3 % sur un an. Les prix des huiles et margarines explosent de +11,3 % sur un an ainsi que ceux du café : +16,1 % sur un an).

Ceux des produits chocolatés continuent de croître +4,9 % sur un an, ainsi que ceux du thé et des infusions sont en hausse (+0,7 % ; +5,7 % sur un an).

Explosion des prix de l’énergie

Les prix de l’énergie ont augmenté de +9,3 % sur un an; ceux des carburants de +10,4 % sur an, et ceux des combustibles liquides de +17,4 % sur un an.

Augmentation des prix des produits manufacturés de consommation courante

Les prix de l’habillement et des chaussures on augmenté de +3,0 % sur un an. Les prix des automobiles neuves ont augmenté de +3,1 % en 2011.Voilà des postes importants dans les budgets familiaux qui augmentent largement plus que la moyenne des salaires.

Les prix des meubles et articles d’ameublement augmentent de +1,7 % sur un an, et ceux des articles de ménage en textile de +7,1 %.

Baisse des prix des produits technologiques

A contrario de la tendance générale, selon l'Insee, les prix des équipements photo et cinéma baissent ( —16,0 % sur un an), tout comme ceux des équipements audio-visuels (—11,8 % sur un an). Les nouveautés sont toujours plus chères que les produits plus anciens qui eux ont tendance à baisser, compte tenu de leur production en très grande série, et lexistence de stocks à écouler.
Dans cette tendance il faut noter la baisse des prix des matériels de traitement de l’information ont baissé de -77 % sur un an, et ceux des équipements de téléphone et de télécopie ont baissé de —13,2 % sur un an.

Explosion des prix des vacances et des voyages.

Les prix des services liés au tourisme explosent : Les prix des voyages touristiques (+19,6 %), hébergements de vacances (+15,2 %), alors que ceux des transports aériens restent dans la moyenne (+3,4 %).
Le droit aux vacances est donc de plus en plus malmené. Compte tenu du blocage des salaires, le nombre de familles qui ne partent pas en vacance va donc s’accroitre encore.
A noter aussi que les prix des services d’enlèvement des ordures ménagères, revus annuellement en décembre, augmentent de +3,3 % en 2011, après +5,9 % en décembre 2010.

Pour l'Insee, les prix des services s’accroissent globalement de +1,8 % sur un an, ce qu'elle impute à l'augmentation du Smic. Si c'est le cas, cela prouve qu'une augmentation des salaires n'entraîne pas une augmentation des prix du même niveau, car la hausse des prix en 2011 est de +2,5% toujours selon l'insee (voir ci-dessous).

 

L’Insee en déduit une hausse moyenne sur l’année 2011 de +2,5 %.

Cet indice ne traduit évidemment pas l’évolution réelle des prix pour le budget d'une famille de 2 enfants, car la partie alimentation et vêtement, ainsi que la consommation de carburants et d’énergie sont des postes beaucoup plus importants que celui du renouvellement des équipements ménagers. De plus l'Insee ne dit rien de l'évolution des prix des loyers et des charges qui augmentent de manière importante.
Sur un an, l’indice des prix à la consommation (IPC) est malgré tout, pour l’Insee, en hausse de +2,5 %.

L’inflation sous–jacente augmente

L’indicateur d'inflation sous-jacente (ISJ) s’accroît de 0,3 % en décembre 2011 (+1,8 % sur un an). L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît de 0,4 % (+2,7 % sur un an).
Urgent : augmenter les salaires !

Augmenter les salaires, les pensions, et les allocations !

Cette hausse des prix aggrave les conditions de vie d'une majorité de français qui ont de plus en plus de mal à boucler les fins de mois.

La décision du gouvernement de retarder au mois d'avril la revalorisation des allocations sociales est donc complètement scandaleuse.

Pour la CGT, pour maintenir le niveau de vie des salariés, des retraités et des chômeurs, et soutenir la croissance et l’emploi, il faut augmenter les salaires et les allocations.

La CGT se prononce pour porter le Smic à 1700€, et pour augmenter proportionnellement à lui tous les salaires.

Retour à l'accueil