Reforme des retraites :Face à un patronat et un gouvernement frappés de surdité, il faut hausser le ton et le niveau de l’action

http://www.ftm-cgt.fr/local/cache-vignettes/L160xH109/arton1417-423da.jpg

Déclaration de la fédération CGT de la métallurgie

"L’ensemble des journées d’action organisées depuis début septembre, a montré une mobilisation toujours plus importante des salariés et des retraités mais aussi des plus jeunes et des femmes. Samedi 2 octobre, la mobilisation s’est élargie avec une présence massive de « nouveaux manifestants » symbolisant ainsi, le niveau du mécontentement dans le pays et le soutien très majoritaire de la population aux différentes initiatives organisées par les syndicats comme en témoignent tous les sondages d’opinion.


Dans le privé et singulièrement dans la Métallurgie, la participation aux arrêts de travail et aux manifestations atteint des records, tant dans le nombre de salariés que par le nombre d’entreprises représentées. Contrairement à la majorité des Français, seuls le gouvernement et le patronat, sans peur du ridicule, voient la mobilisation décroitre grâce à une police qui ne compte bien souvent, qu’un manifestant sur dix. Il s’agit là d’une véritable provocation de la part d’un pouvoir exécutif qui présente cette réforme comme un mal nécessaire et non comme une solution aux problèmes de financement de notre système de retraite, afin d’en préserver la pérennité. D’autres solutions plus justes existent permettant le maintien du départ à 60 ans et la référence des 65 ans, à condition de mettre à contribution tous les revenus du capital et les richesses créées en France.

 

Le Président de la République, au plus bas dans les sondages, en fait une affaire personnelle dans la perspective des échéances électorales de 2012. S’ils ne veulent pas nous voir et nous entendre, il faut être plus nombreux et faire plus de bruit. C’est tout l’enjeu du prochain rendez-vous du 12 octobre et des jours qui vont suivre. Intensifier les arrêts de travail, augmenter le nombre de salariés en grève et dans les manifestations, c’est bien ce qui doit être d’actualité dans toutes les entreprises. Dans notre profession, les revendications sociales se multiplient, qu’elles soient nationales ou locales. Les questions de salaires, d’emplois ou de conditions de travail doivent être partie prenante de la question des retraites. Exigeons dès maintenant, l’ouverture de négociations immédiates dans toutes les entreprises et toutes les chambres patronales, car c’est au cœur de la bataille nationale sur les retraites. C’est un triptyque indissociable.

 

Si le 12 octobre ne suffit pas, nous devons déjà réfléchir aux suites à donner, en n’écartant aucune forme d’action. Ce sont les salariés qui doivent décider des modalités, entreprise par entreprise, par groupe ou par bassin d’emplois, en fonction des réalités de chacun. Ce qui doit nous guider, c’est le nombre de participants et l’efficacité de l’action. Les militants et les syndiqués de la CGT doivent favoriser l’expression de chacun pour une efficacité maximum.  

 

L’heure est à la mobilisation, ensemble on peut gagner, ensemble on va gagner !"

 

Tous ensemble, tous unis, le 12 octobre !

Arrêts de travail et grèves,

Rassemblement à partir de 10h00 et manifestation

Devant la Chambre de commerc de Dieppe, quai Bérigny


Retour à l'accueil