Retraite : 4000 manifestants à Dieppe le 2 octobre

 

Et maintenant réussir un grand 12 octobre !

 

P1040796

Les manifestants se sont rassemblés sous la pluie, devant la gare SNCF. Lorsque le cortège s'éblanle, la pluie s'arrête. Des groupes de retardataires viennent le  renforcer régulièrement. La manifestation prend la direction de la Chambre de commerce, puis le boulevard Claude Groulard; après un arrêt palce des martyrs, le cortège revient vers la mairie par la rue desmarets. Les manifestants contournent ensuite la maire, pour se rassembler devant la sous-préfecture où une prise de parole a eu lieu. 

 

Voir les photos plus bas.

 

Ci-dessous le texte de l'intervention prononcée en fin de manifestation, devant la sous préfecture.

 

" Une nouvelle fois, nous nous sommes retrouvés très nombreux en cette nouvelle journée nationale d’action.

 

 

Cette journée, un samedi, a répondu à l’attente de nombreux salariés qui souhaitaient exprimer leur soutien à la mobilisation, pour la défense des retraites et qui n’avaient pu participer aux dernières journées de grève

 

Nous, salariés du privé comme du public, salariés des petites et moyennes et petites entreprises, comme des grandes, nous les retraités, les chômeurs, les jeunes, en participant massivement à cette 3e journée de mobilisation depuis la rentrée, après les journées de grèves et de manifestations du 7 et du 23 septembre, nous avons réaffirmé notre détermination, avec nos organisations syndicales, à ne pas accepter cette réforme injuste et inefficace.

     

La nouvelle mobilisation d’aujourd’hui, est la confirmation d’un très large soutien de la population qui refuse le report de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans ainsi que celui de 65 à 67 ans pour toucher une retraite à taux plein.

 

Oui, le mouvement se renforce et s’élargit ; la démobilisation suite au vote à l’Assemblée nationale, n’a pas lieu. Et le 12 octobre fera l’éclatante démonstration que le mensonge

d’Etat ne trompe ni les salariés ni l’ensemble des français

 

Aujourd’hui, c’est bien une exigence d’un véritable débat et l’examen d’autres alternatives au projet de loi que nous avons exprimé plus fortement. Oui nous réaffirmons que la question du financement de  la protection sociale est un choix de société, que les ressources existent à condition de redistribuer aux salariés les richesses qu’ils margement contribuer à créer

 

Tous ensemble, nous mettons en garde le Gouvernement sur les conséquences que provoquerait la poursuite du déni de la colère qui s’exprime profondément et majoritairement dans le pays.

 

Tous ensemble, nous réaffirmons notre totale détermination.

 

Tous ensemble, nous réaffirmons aujourd’hui le soutien aux termes de la lettre ouverte unitaire, de toutes les organisations syndicales, au Président de la République et aux parlementaires, et notamment sur le point que « le vote de ce projet dans sa logique actuelle n’est pas d’actualité ».

   

Aujourd’hui, c’était une nouvelle étape. L’ensemble des organisations syndicales nous invitent à poursuivre ensemble, à tous les niveaux, dans les ateliers et les services, notre mobilisation unitaire, par des initiatives dans toutes les entreprises, et dans les services publics, en interpellant partout les sénateurs, en utilisant largement cette lettre ouverte unitaire, pour exiger le retrait du texte et l’ouverture d’un débat national.

 

Sachant que le texte de loi sera à l’examen du Sénat à partir du 5 octobre, et que la procédure parlementaire pourrait se poursuivre jusqu’au 20 octobre, toutes les organisations syndicales unies nous appellent à amplifier partout notre mobilisation, pour être plus nombreux et plus fort encore, le mardi 12 octobre, pour une nouvelle journée massive de grèves et de manifestations pendant le débat au Sénat.

 

Nous rappelons, à cet effet, que le droit de grève est un droit constitutionnel et une liberté individuelle imprescriptible, qui est la propriété de chaque citoyen français.

 

Nous vous appelons à utiliser, et faire utiliser ce droit, partout, en hommes et femmes libres et déterminés à refuser le recul social !

 

Alors, la journée du 12 octobre sera, sans nul doute, une très grande étape, qui contribuera à la victoire.

 

Et dans le cas où les parlementaires ne prenaient pas en compte ce qui s’exprime dans l’action, et si le Gouvernement restait sourd, elle contribuera à amplifier la mobilisation, jusqu’à la victoire.


Tous ensemble, tous unis, nous gagnerons !"

 

P1040805

 

P1040801

 

 

 

P1040811

 

P1040830

 

P1040832

 

P1040836

 

P1040816

 

Tmp00039

Retour à l'accueil