Rigueur et "règle d’or" La CGT soutient les mouvements sociaux en Espagne et Italie

Lu sur le site de la CGT

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, a adressé hier lundi 5 septembre des courriers de soutien aux syndicats espagnols et italiens engagés dans des mouvements sociaux contre les plans de rigueur et la volonté gouvernementale d’imposer comme en France une "règle d’or" des finances publiques.

"Nous considérons que donner toujours plus de gages aux marchés financiers, et, dans le même temps, réduire les crédits alloués au public, est injuste, voire dangereux. La seule réponse que les dirigeants politiques européens semblent capables de donner à la crise financière, économique et sociale que nous traversons est toujours plus d’austérité, de pression sur les salaires, de réduction des services publics et de la sécurité sociale, de durcissement des conditions de travail et de vie. C’est inacceptable", affirme le secrétaire général de la CGT, dans la lettre adressée à la CGIL (Italie). "Le principe de la « règle d’or » est arbitraire. C’est une supercherie qui – sous couvert de constitutionnalité – permettra aux gouvernements d’étendre leurs réformes antisociales. Un budget équilibré ne peut constituer, en soi un objectif des finances publiques" soutient-il dans le message adressé aux syndicalistes des Commissions ouvrières espagnoles (CCOO).

 

La règle d'or: de quoi s'agit-il ? à lire sur le site de la CGT

Retour à l'accueil