Salarié, défend tes défenseurs !

Dans son premier meeting de campagne, le candidat Sarkozy a décidé de prendre comme boucs émissaires, les corps intermédiaires, et en premier aux syndicats.

Or les corps qualifiés d'intermédiaires sont des corps sociaux qui forment des groupes organisés autour d’objectifs communs, de buts partagés. Et on dit que ces corps sont intermédiaires, parce qu’ils forment une transition, une jonction, entre l’individu et le pouvoir central. Ils sont partie intégrante de la démocratie !

Montesquieu, qui fut au XVIII l’un des hommes des lumières, considérait que les corps intermédiaires étaient les garants de la liberté, parce qu’ils permettent à l’individu de ne pas se retrouver seul face au pouvoir central. Or la décision de faire disparaître les corporations et le droit de grève par le vote des lois d’Allarde et Le Chapelier en 1791, plaça les ouvriers en situation de non droit, jusqu’à la légalisation des syndicats près d’un siècle plus tard en 1884.

On sait la violence que cela créa pendant tout le 19e siècle, tant dans les luttes ouvrières que dans leur répression, ainsi que les reculs sociaux qui sont la marque de ce siècle (travail 7 jours sur 7 dont le travail du dimanche, travail des enfants, travail de nuit des femmes, salaires à la limite de la survie, etc.). Il faudra un siècle de luttes et de violence pour arracher le droit de grève et la loi Waldeck Rousseau en 1884 qui légalisa les syndicats. 

Depuis 1884 les syndicats sont partie prenante de la démocratie. C’est à eux que l’on doit la retraite, les congés payés, les conventions collectives, la réduction du temps de travail, (40 heures, puis 35 heures), la sécurité sociale, des délégués du personnels, les CE, les CHSCT, etc. Détruire les syndicats c’est porter atteinte à la démocratie, pour hâter la casse de tous les acquis.

Le candidat Sarkozy se coule dans ce moule réactionnaire, parce qu’il accuse les syndicats de bloquer ses réformes. Mais ses réformes sont antisociales ! Elles sont au service des plus riches ! Elles visent à faire reculer les acquis sociaux jusqu'à leur disparition ! Elles visent à transformer le salarié en esclave moderne ! C'est normal qu'il se heurte aux syndicats, et au premier rang d'eux, la CGT !

Car les syndicats sont les défenseurs des salariés. C’est eux, et au premier rang desquels il y a la CGT, qui forment un rempart pour les informer, les mobiliser, c'est-à-dire les protéger des appétits d’exploitation des patrons et des spéculateurs qui en veulent toujours plus.

Pour votre défense et votre avenir, salariés : défendez vos délégués, défendez vos syndicats !

Pour défendre votre niveau de vie, pour défendre vos droits, pour défendre vos libertés.

Donnez de la force à la CGT: syndiquez-vous !

Non à l'austérité ! Non à la TVA antisociale ! Non aux jours de carence !

Rassemblement le 29 février, à Dieppe,

devant la Gare SNCF, à 10h30,

Retour à l'accueil