SNCF: ou "Comment le gouvernement veut nous faire préférer le bus au train"

Une nouvelle fois hier (mais les retards et annulations de trains arrivent plusieurs fois par semaines désormais) le train de 15h50 n'est pas parti de Paris-Saint-Lazare vers Rouen, le train de 15h40 en provenance de Rouen n'étant pas arrivé; le suivant n'arrivera pas non plus !

Le 15h50 a été annulé, et le 16h20  ne partira qu'après 16h35.

Comme dans 99% des cas, ces retards et annulations de trains ne sont absolument pas la conséquence d'un mouvement de grève !

Non, le retard est aujourd'hui la norme, contre laquelle, d'ailleurs, les cheminots et leur syndicat CGT se battent quotidiennement. Et, lorsqu'il y a grève c'est parce que le vase déborde, et que les cheminots en ont marre ! Ils en ont marre de se faire maltraiter du fait de la gestion calamiteuse de la direction de la SNCF.

Quel résultat pour un voyageur partant de Paris pour rentrer à Dieppe ce mardi 9 décembre 2014 ?

  • > La correspondance de 17h25, à Rouen, permettant d'être à Dieppe à 18h30, a été perdue;
  • > La correspondance suivante, permettant d'arriver à Dieppe à 18h50, perdue aussi.
  • > Finalement la correspondance obtenue sera celle de 18h25 à Rouen, pour une arrivée prévue à 19h27 à Dieppe (en fait 19h35 !).

Durée totale du trajet, Paris-Dieppe, en cette fin d'après-midi (annulation de train comprise): 3h25 ! Mais comme le train de 15h50 a été annulé, le voyageur ne peut demander aucun dédommagement à la SNCF, et ce retard ne sera même pas pris en compte par les statistiques.

Pour mémoire, à l'époque de la vapeur — il y a un siècle — on faisait le trajet Paris-Dieppe par Serqueux en 2h20, et par Rouen en 2h30: quel progrès en un siècle !! Encore un effort et l'on sera revenu au temps de la diligence !

Les annonces/excuses diffusées en gare Saint-Lazare, étaient que le train en retard avait subi des "incivilités" sous forme de jets de pierre. Questions: Lorsque ce genre d' "incivilités" est quasiment quotidien, sont-ce véritablement des "incivilités"? Si c'est le cas, que fait la police ? Comme ces incivilités sont quasiment quotidiennes, ne faut-il pas les requalifier en "sabotages", et rechercher "à qui profite le crime" ?

N'est-ce pas plutôt des annonces "cache-misères", pour ne pas reconnaître que la véritable raison des retards quotidiens est le manque chronique de personnel d'entretien ?

Car, en 2014, la SNCF a touché 118 millions d'euros de l'État au titre du CICE (Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi): qu'en a-t-elle fait? Rien ! Ou plutôt si:.... cela lui a servi à verser 175,5 millions d'euros à son actionnaire... l'État ! On marche sur la tête !

Pendant ce temps là:

  • > les infrastructures se dégradent,
  • > l'emploi se réduit,
  • > les retards s'accumulent,
  • > et le mécontentement gronde.

Et si le gouvernement faisait enfin cesser cette politique de gribouille ? Le changement c'est pour quand ?

Comme le mécontentement est à son comble, les "politiques"— en responsabilité actuellement ou l'ayant été, hier — gesticulent !

  • > Voici que le maire UMP de Vernon lance une pétition alors que ses amis ont été pendant 10 ans aux commandes, et ont fait voter les directives européennes et la politique du tout TGV, et fait pression sur la direction de la SNCF pour qu'elle réduise la voilure et supprime les emplois !
  • > Voici que le président de région Haute-Normandie menace la SNCF de mesure de rétorsions, alors que ses amis sont aux commandes du ministère des transports et que le ministre de l'économie préconise le développement du transport par autobus ! (Mais pourquoi ne demande-t-il rien à son gouvernement ?)

Si l'on arrêtait "d'amuser la galerie" par de la Com", que l'on se décidait enfin à EMBAUCHER à la SNCF, et INVESTIR dans les chemins-de-fer, dans l'intérêt de l'usager des transports ?

En tout cas, ce n'est pas gagné du coté de l'idée de "faire du gringue aux franciliens" qui est venue aux élus de l'Agglo de Dieppe (voir "Les informations -dieppoises" du 5 décembre 2014, p12) ! Car ce ne n'est pas avec des durées de trajet en chemin de fer qui dépassent désormais les 3h30 — un an après la suppression des trains directs Paris-Dieppe — que que cela va s'arranger.

Si l'on voulait réellement les "séduire", et faire "un peu" d'écologie pratique, pour un "agenda 21" crédible, ne faudrait-il pas leur assurer des horaires réguliers — et régulièrement durables — et, pour ce faire, rouvrir la ligne directe Dieppe-Paris par Serqueux ?

Pour en savoir plus, lire aussi ces articles récents sur notre blog:

> SNCF: Des pannes en séries entrainent des retards de trains réguliers

> SNCF: les contrôleurs en lutte pour l'emploi, la sécurité, et la qualité !

Retour à l'accueil