Succès de la cérémonie des voeux 2012 de l'UL de Dieppe

L'union locale avait invité ses militants et ses amis à sa traditionnelle cérémonie des voeux. Cette fois-ci, compte tenu du contexte d'attaques contre les acquis des travailleurs, des menaces qui pèsent sur l'emploi,  de la dégration des conditions de travail, de salaire et d'emploi, la décision avait été prise de tenir cette réunion à la salle Paul Eluard.

Pari gagné: une centaine de personnes ont répondu présent.

L'introduction par Hervé Basire fût l'occasion d'appeler à la solidarité avec des enfants menacés d'explusion (voir notre article : Solidarité avec Edita et Edvard), d'appeler à la solidarité avec les salariés de la rafinerie de Petit-Couronenne( ex- Petroplus) et de dénoncer l'annonce de la fermeture de la filière du baccalauréat professionnel Technicien de Scierie à la rentrée 2012 (signez la pétition : Non à la fermeture du bac pro Technicien de Scierie à Envermeu ).

 

2012-01-24_2422.jpgEnsuite, Stéphane Beaufils, secrétaire général de l'UL brossait le tableau de la situation locale nationale et appelait les syndicats CGT et les salariés à la mobilisation.

"(...)

Vous le savez, cette année 2012 va être importante.

"Importante car des choix politiques devront être faits par les citoyens lors des élections présidentielles qui auront lieu les 22 avril et 6 mai 2012  et des élections législatives des 10 et 17 juin.
Importante  aussi  pour les militants syndicaux, car, quel que soit le résultat, nous devrons continuer à agir et nous mobiliser partout dans nos entreprises pour que cette année 2012 soit enfin : celle de la fin de la crise et celle d’un véritable changement qui réponde aux attentes des salariés, des jeunes, des privés d’emplois et des retraités de notre pays.

Le 31 décembre dernier, le président Sarkozy a présenté ses vœux.

"Comme il l’a fait les années précédentes, il nous a annoncé que 2011 a été difficile mais que pour l’année 2012 il y a toutes les raisons d’espérer.
Pour lui la France aurait mieux résisté que d’autres pays.  « Tellement mieux résisté, constatent les économistes, que nous avons vu notre note dégradée par les agences de notations » « tellement mieux résisté que les prix flambent, les revenus diminuent, le chômage augmentent constatent tous les français ». (...)

"Le patronat et le gouvernement ont décidé de se placer à l’offensive dans cette période de crise économique et financière
 

La TVA antisociale

"Pour ce gouvernement et le patronat, après les deux plans de rigueur, après l’augmentation des prix des produits de consommation, du transport, du gaz, des mutuelles et autres…… la solution pour sortir de la crise serait l’instauration d’une TVA dite « sociale » qui n’est en fait qu’une Taxe « antisociale ».

A la CGT, nous avons toutes les raisons de dire haut et fort aux salariés, aux retraités, aux privés d’emplois et nos jeunes que cette TVA est une arnaque : c’est une attaque contre le droit du travail et une attaque contre la protection sociale.

Si elle était appliquée, elle aurait des conséquences dramatiques telles que la diminution du pouvoir d’achat, la baisse de la croissance et toujours plus d’austérité." (...)

La question de l'emploi et la lutte des PetroPlus

"Le chômage est au point le plus haut, 10.8% pour notre  département, 9.6% pour notre région dieppoise et la Vallée de la Bresle, d’après les sources de l’INSEE pour le second trimestre 2011. Les catégories les plus touchées sont les salariés de 50 ans et plus. Faute de créer les emplois nécessaires, les entreprises utilisent pour variable d’ajustement l’emploi intérimaire qui représente 53,6% de l’emploi dans  l’industrie et les contrats d’apprentissages pour générer plus de profit.

A quoi s’ajoutent les licenciements à venir dans les grandes et petites entreprises, le chômage partiel, les modulations d’horaires pour faire plaisir aux patrons avec le consentement de certaines Organisations Syndicales.

Dans notre département la situation de PÉTROPLUS est malheureusement exemplaire. Après la mise en vente de la raffinerie de Petit Couronne par les actionnaires actuels, seuls les salariés font des propositions alternatives sérieuses. Depuis plusieurs semaines, à l’appel de l’intersyndicale dont la CGT  fait partie, les salariés sont en grève reconductible pour lutter contre la fermeture de leur entreprise.

Ce sont 550 emplois directs qui sont menacés, et 2500 emplois indirects." (...)

"A travers la lutte des salariés de Pétro+ mais aussi celle des salariés de M’Real à Alizay dans l’Eure, c’est bien notre revendication pour une politique de développement industrielle, pour la de ré industrialisation de notre territoire que nous faisons et devons faire vivre.
Sans tissu industriel fort, pas de tissu social réellement efficace au service des hommes et des femmes de ce pays. Nous en connaissons quelque chose sur notre région dieppoise. " (...)

La situation dans les services Publics

"Dans les services publics, nous subissons de plein fouet les mesures régressives du gouvernement : restructurations et suppressions de postes dans la fonction publique sont pour le gouvernement et le MEDEF un moyen de faire des économies.
Pourtant les français sont très attachés à leurs services publics et leur proximité. Les récents sondages montrent qu’ils sont beaucoup plus satisfaits de la qualité de leurs  services publics que de la politique du gouvernement."

Après avoir rappelé les luttes et les acquis dans le secteur de l'éducation, il déclarait :

"Cette année il faut hélas s’attendre au pire : Près de 400 postes sont supprimés en Haute Normandie dont 105 postes d’enseignants de lycée professionnels et 130 d’enseignants dans les écoles de Seine Maritime. Les premières victimes seront les élèves et notamment ceux qui auraient le plus besoin d’une véritable école de la réussite.
C’est la destruction programmée des formations professionnelles et technologiques publiques
Nous devons mener tous ensemble gagner cette bataille de la formation car elle est totalement liée à celle de l’emploi et du développement industriel
Il faut maintenir comme cela a été obtenu en janvier à Neruda des formations de BTS et obtenir l’ouverture de nouvelles filières post-baccalauréat à Dieppe.
Il faut garder des formations de CAP en lycée professionnel, il faut arrêter le scandale de la fermeture du bac pro technicien de scierie au Lycée du bois d’Envermeu, il faut maintenir les postes nécessaires au fonctionnement de tous les établissements de la région…
 Il faut en finir avec le scandale de la précarité dans les services publics : un rassemblement et une audience en appel avaient lieu ce matin à Rouen concernant les EVS/AVS. L’état ne respecte aucun de ses engagements dans ce domaine comme vient de la rappeler la cour des comptes." (...)

La lutte pour la défense du service postal dans la région

"Dans notre région c’est aussi le combat des habitants de Fontaine Le Dun,  pour dire non à la réduction des horaires d’ouvertures, du bureau de poste. A la poste où la direction veut dans la région dieppoise comme à Saint- Nicolas, revoir l’ensemble des tournées de facteurs pour supprimer des emplois avec des conséquences néfastes pour le service et les conditions de travail.


Puis il brossait le tableau de la situation dans les services publics de la région

  • => La fonction publique territoriale 
  • => La situation difficile à Pôle Emploi 
  • => La départementalisation des CAF, des URSSAF et des centre de finances des impôts,
  • => la situation à l’hôpital de Dieppe, marquée :
    • - Par la réduction des services techniques et l’insuffisance de moyens et de reconnaissance pour tous les administratifs.
    • - Par une flexibilité et polyvalence de plus en plus grande qui est demandée aux agents.
    • - Par la remise en cause des horaires et des RTT.
    • - Par la précarité que subissent des dizaines d’agents en CDD ou en emplois aidés.
    • - l'urgence d'obtenir une équipe par service pour le nouveau bâtiment de médecine, avec un effectif suffisant, et non pas de la polyvalence comme envisagée.
    • - la nécessité pour le service des Urgences, d'une extension et d'une rénovation pour accroître sa capacité, et de renforcer les infirmières à l’accueil.
    • - la situation faite à l'un des militants CGT de l'hôpital, Franck Dumont, qui est victime de discrimiantion.
    • - la question des heures supplémentaires: Le nombre d’heures sup. effectué par les salariés de l’hôpital, correspond à 19 emplois temps pleins.

Pui il dénonçait les licenciements économiques qui se multiplient dans les associations

"Nous recevons de plus en plus de salariés licenciés, pour tous types de motifs y compris pour licenciement économique déguisé et qui travaillent dans des associations financés par le conseil général et régional.
La CGT agira dans le sens des salariés et nous ne laisserons pas faire.

A titre d’exemple, nous avons déjà pu sauver 2 salariés qui travaillaient au comité régional des pêches et une autre salariée qui travaillait pour l’association de Caux Maritime.

La défense du droit de grève

"Dès le 2 janvier 2012, la CGT s’est illustré sur le terrain et dans la presse pour dénoncer l’attitude irresponsable de la direction SNCF du techni-centre de Normandie. Nous étions aux côtés des salariés qui revendiquaient des emplois supplémentaires pour répondre aux besoins de confort des usagers. Sous la pression des élus CGT, du syndicat des cheminots de Dieppe, des élus locaux communistes, la direction régionale SNCF a été dans l’obligation de répondre favorablement à nos revendications.

La dégradation de la situation économique

"En ce qui concerne le privé la situation n’est guère meilleure : chômage partiel à Alpine en janvier, congés chez Nestlé sur le compte des heures de récupération le temps de l’installation de la nouvelle machine à torréfier. Certes il y a aussi l’annonce de PSA chez GEVELOT mais le jour même PSA annonce des milliers de suppressions d’emploi.
Enfin bref, tout ca pour vous dire que la crise n’est pas encore terminée et qu’il va encore falloir se battre et non tomber dans le fatalisme ou croire aux beaux discours politique de cette période pré-électorale.

Les perspectives

"Il serait injuste de continuer à dire tout ce qui ne va pas sans aborder d’autres perspectives pour l’avenir.
En ce qui concerne notre région dieppoise, nous souhaitons que de grands projets industriels voient le jour.
La création ou le développement d’entreprises industrielles seraient synonymes de milliers d’emplois directs et indirects.
Ces projets ne sont en rien contradictoires avec les valeurs de notre démarche CGT nous répondons de manière forte à notre volonté de développement industriel.

Des revendications pour assurer l'avenir

"Nous voulons des entreprises et des emplois humains avec un grand H et durable avecun grand D."

"Parmi ces grands projets, nous devons soutenir l’arrivée du futur chantier EPR à Penly. La CGT a posé  ses impératifs : des impératifs en matière d’emplois, de logement, de formations, d’exploitations et bien sûr de sécurité que vous pouvez retrouver dans notre cahier d’acteur.
Nous réaffirmons qu’il faut pour nos grandes entreprises de l’énergie des entreprises 100% publiques.
Nous voulons également que notre territoire bénéficie des chantiers liés au développement et à la maintenance de l’éolien offshore.
Nous nous félicitons à Alpine de l’arrivée d’un nouveau modèle Renault Sport. Mais les salariés doivent bénéficier de cette situation. Il faut une stratégie industrielle qui donne à long terme une stabilité à cette entreprise phare de la région.
C’est toute une filière régionale mais aussi locale qui est en jeu et l’Etat doit prendre toutes ses responsabilités : les aides publiques doivent être conditionnées à la création d’emploi et aux respects des droits des salariés.
Et enfin la région dieppoise, ne doit pas rester en dehors du numérique et être confiné à des petits débits. D’autant que notre région est traversé par des autoroutes de l’information qui va jusqu’au Etats Unis. La région dieppoise doit bénéficier de la fibre optique jusqu'à chez l’abonné.

 Dieppe et sa région ont tous les atouts pour développer toutes les activités économiques : il suffit d’en avoir envie.

Le port de commerce doit vivre tout comme l’activité pêche où bien la plaisance et le transmanche, il faut juste s’en donner les moyens.
Pour que le port de commerce garde sa vocation, il faut que les terrains à proximité soient réindustrialisés.
Autre grand projet celui du Grand Paris avec sa ligne nouvelle Paris Normandie où les dieppois ont toute leur place à prendre.Ce projet doit être l’occasion pour notre territoire de se développer économiquement, mais aussi permettre d’améliorer en confort et rapidité nos relations entre Dieppe/Rouen et la capitale. Pour cela le syndicat CGT des cheminots à des revendications. L’électrification en est une des principales, mais il y a aussi le doublement de la voie entre Auffay et Longueville et bien sûr la connexion à la ligne nouvelle. Nous sommes aussi satisfait des travaux qui vont s’engager sur Serqueux /Gisors mais déçus d’avoir été écartés des discussions, c’est un projet à 105 million d’euros financé par RFF, la SNCF, l’Etat et La Région.

La question du pouvoir d’achat, des salaires et des retraites.

"Combien de fois entendons nous de la part des directions de nos entreprises : « on ne peut pas augmenter les salaires sinon on coule la boîte »ou « vous les syndicats tout se qui vous préoccupe c’est les salaires » et bien oui, à la CGT on ose dire qu’il vaut mieux une bonne augmentation de salaire qu’une prime occasionnelle au mérite : Oui à la CGT nous revendiquons un salaire minimum d’embauche à 1700 euros brut c’est bon pour les salariés mais c’est aussi bon pour le financement de la sécurité sociale, des retraites et c’est bon pour la reprise économique.

Partout dans nos entreprises durant les Négociations Annuelles Obligatoires qui s’ouvrent actuellement, n’ayons pas peur de porter haut et fort les valeurs et les revendications de la CGT. Il faut que le fruit du travail revienne à ceux le méritent le plus : aux salariés qui créent la valeur ajoutée, aux demandeurs d’emplois qui sont exclus volontairement du monde du travail et aux retraités qui ont donné toute leur vie au monde du travail. Le salaire est donc bien au cœur de notre affrontement avec le capital.

La question de la répartition des richesses

"Monsieur le Président de la République, la seule chose que les français auront retenu de votre quinquennat c’est que dans la redistribution des richesses, le gâteau a été mal coupé: les actionnaires se sont goinfrés, laissant les miettes aux salariés et à l’investissement.

La CGT ne laissera pas continuer à voir notre outil de travail disparaître : ce que nous demandons ce sont des actes. Messieurs les actionnaires, messieurs les patrons tremblez, ayez peur car en 2012, la CGT appelle les salariés à se ressaisir de leur outil de travail et à contrôler leur lieu de travail, partout où il sera possible, la CGT sera présente.

La reconquête de la retraite à 60 ans à taux plein

"En appelant ses militants et les salariés au meeting à Paris au Zénith le 31 janvier et qui fait déjà salle pleine, la CGT montre encore une fois de plus que ce que nous mettions en avant en 2010 et que nous avons toujours porté  auprès du monde des salariés, des privés d’emplois et jeunes porte aujourd’hui tous ses fruits. Nous savons ce que chacun dit et pense sur ce sujet et la CGT reste ferme sur ses positions.

Oui à la CGT nous sommes pour la retraite à 60 ans à taux plein.

Oui la CGT on est pour la retraite à 55 ans pour les métiers pénibles.

Oui il y a de l’argent et des moyens pour financer ces mesures.

Non nous ne partageons pas ce que le MEDEF et le gouvernement présentent  comme une évidence : « Il faudrait travailler plus longtemps pour gagner moins »

Avec eux nous ne sommes d’accord ni sur le diagnostic, ni sur  l’objectif, ni sur  le fond et sur la forme.

A se sujet notre Union Locale, vous invite à venir nous rejoindre le 31 janvier prochain à la salle annexe de la mairie de Dieppe à partir de 14h pour partager ensemble la rediffusion du meeting qui aura lieu au Zénith, meeting qui sera suivit d’un débat.

Avant de vous laisser, un autre grand rendez-vous électoral nous attend en 2012 après celui des élections politique, c’est celui des élections professionnelles dans l’artisanat  qui auront lieu en fin d’année. Nous comptons sur tout le corps militant CGT pour faire en sorte que notre CGT reste la première organisation syndicale de France. Après  les progrès enregistrés en décembre dans la fonction publique d’Etat et la fonction publique hospitalière ainsi que les bon résultats dans les entreprises privées, les salariés des entreprises de moins de 10 salariés ont intérêt à avoir comme les autres une CGT forte. Nous invitons tous ceux et toutes celles qui le désirent et qui ne l’auraient pas encore fait, à rejoindre la CGT."


2012 01 24 2436

Retour à l'accueil