Suicides à La Poste: Le PDG n’a pas convaincu les syndicats

Lu sur le site de la CGT

A la suite des deux suicides de cadres de La Poste, le PDG Jean-Paul Bailly a reçu lundi 19 mars les syndicats pour leur faire part de ses décisions et propositions sur les conditions de travail. Mais les syndicats ont estimé unanimement que les annonces étaient "encore très loin de ce qu’il faudrait pour répondre aux situations difficiles que vivent les postiers". Ils ont décidé de lancer une pétition commune auprès des salariés.

Les syndicats ont exigé un "arrêt ou gel des restructurations, des réorganisations et de la destruction de l’emploi", qu’ils jugent à l’origine d’un malaise social au sein de l’entreprise tandis que le PDG leur a annoncé des "ajustements", mais pas de pause, dans les réorganisations en cours. Sur l’emploi, la CGT a souligné que, depuis dix ans, 90.000 postes avaient été supprimés, soit "un emploi par heure". Cela ne peut pas être sans répercussions sur la situation des salariés", a souligné Colette Duynslaeger, secrétaire de la fédération CGT des activités postales et de télécommunication.

Retour à l'accueil