Suivi des chômeurs : Pôle emploi change la forme, sans changer le fond !

Pour lutter contre la dégradation du suivi des chômeurs, Pôle emploi abandonne le « suivi mensuel personnalisé » et préconise de segmenter l’offre en trois catégories de demandeurs : ceux qui sont les plus éloignés de l’emploi ; ceux qui en sont le moins éloignés ; ceux qui en sont proches mais sont autonomes dans leurs recherches.

Cet « accompagnement différencié » des demandeurs d'emploi, est la déclinaison de la convention signée en 2011, entre Pôle emploi, l'Unedic et l'Etat. C’est l’une des dernières mesures de l’ère Sarkozy, de sinistre mémoire.

Pour les chômeurs « qui sont les plus éloignés de l'emploi », le texte préconise un « accompagnement renforcé ». Les « conseillers dédiés » qui traiteront ces dossiers - 50 à 70 chacun au maximum -devront avoir un contact « au moins mensuel » avec ces personnes. Tout demandeur d'emploi qui n'a eu « aucune période d'activité au cours des neuf mois suivant son inscription » devra subir un « entretien approfondi ». C'est à cette population la plus fragile que seront affectés  « prioritairement consacrés » les 2.000 postes redéployés prévus par la convention.

Deuxième catégorie, les chômeurs moins éloignés du marché du travail mais « qui ont besoin d'être appuyés » et « accompagnés régulièrement ». Pour eux, «  l'intensité et le contenu » de l'accompagnement seront définis par le conseiller en fonction du diagnostic qu'il portera.

Enfin, pour les demandeurs d'emploi « proches du marché du travail, autonomes dans leurs recherches » et qui ont surtout « besoin d'être mis en contact avec des offres », le conseiller pourra se contenter de s'assurer que le demandeur reçoit bien les offres en question et qu'il « accomplit des actes positifs de recherche d'emploi ».

Evidemment le nouveau système ne réduit pas le contrôle accru des chômeurs, et ne fera pas baisser le nombre des convocations envoyées par le Pôle emploi. Il ne fera donc pas baisser le risque d'être radié de la liste des demandeurs d'emploi. Le nouveau système a été conçu pour être plus que jamais l’outil de la politique de culpabilisation des demandeurs d’emplois, qualifiés de « fainéants » lors de la dernière campagne électorale par des tenants de la majorité sortante (« pour 99% d’entre eux » a-t-on même entendu ! Scandaleux !). La vigilance doit continuer à s'imposer. Les chômeurs doivent donc continuer à être vigilants s'ils ne veulent pas être exclus des listes de demandeurs d'emploi.

Nouveauté : Pôle emploi compte proposer à ceux « qui le souhaitent une offre de service 100 % Web » en accès libre (aide à la rédaction d'un CV, simulation des droits, exercices...) ou en lien avec un conseiller (coaching en ligne). Le problème est que l’accès au Web n’est pas gratuit (à l’exception d’initiatives spécifiques de collectivités locales ou d’associations). Le Web n’est pas encore un Service Public. L’ouverture au Web risque donc ne n’être qu’un gadget sans effet palpable, notamment dans la vaste région que couvre le Pôle emploi de Dieppe, particulièrement sous équipée en haut débit, et où la pénétration d’Internet est faible, particulièrement chez les demandeurs d’emplois dont les revenus sont particulièrement faibles.

Mais même gratuite, l'utilisation d'Internet reste très compliquée pour les populations les plus démunies, ou simplement non familiarisées ou non formées, plus particulièrement encore pour celles qui étaient auparavant employées dans les industries de main d'oeuvre. Pour beaucoup de personnes, elles ne peuvent pas passer la difficulté de la frappe au clavier sans erreurs, ou de la lecture de tableaux à choix multiples, ou encore des menus déroulants, etc ... Pour utiliser Internet sans anicroches, c'est un accompagnement devant l'outil qui serait véritablement nécessaire, au plus près de leur domicile. Car c'est une chose de se promener sur youtube, c'est autrechose de renseigner des formulaires, sans oublier l'espace, en moins ou en trop, qui bloque la procédure sans dire où!

Il est évident que, sans véritables moyens supplémentaires, cette réformette n’aura que peu d’effet.

Ce qui est nécessaire c’est:

  • => d’augmenter de manière substantielle les effectifs de pôle emploi
  • => d'ouvrir des antennes de proximité,
  • => de renforcer l’offre de transport public, déficient sur le territoire de la 6e circonscription de la Seine-Maritime (essayez de faire, par exemple, sans véhicule personnel, le trajet St Saëns-Dieppe et retour, ou St Saëns-Forge-les-Eaux, et vous nous en direz des nouvelles !!!) .

Le nouveau chef de l'Etat s'est engagé à « renforcer les moyens » de l'établissement public, sans plus de précision à ce stade. Voilà donc un chantier à suivre de près

Retour à l'accueil