Thierry Lepaon écrit à Laurent Berger pour dénoncer l'amalgame entre le FN et la CGT, fait par lui sur RMC-BFMTV

Thierry-Lepaon-08

2014-07-08-Lettre-Thierry-Lepaon-a-la-CFDT.png

CGTc

Le secrétaire général

                                                                                              CFDT

                                                                                              Laurent Berger

                                                                                              secrétaire général

                                                                                              4, bd de la Vilette,

                                                                                              75955 PARIS CCEDEX 19

                                                                                           Montreuil, le 9 juillet 2014

Cher laurent,

J'ai pris connaissance, ce matin, de tes propos sur RMC-BFMTV.

Je ne conteste jamais publiquement les propos de mes homologues. Je souhaite néanmoins te faire part de ma réaction.

La période que nous traversons tous est tendue. Elle est difficile pour les salariés. Elle est difficile pour le syndicalisme.

Les raisons sont connues et nous sommes à même de les partager. Une crise économique, sociale, politique, morale, démocratique, qui dure et s'ancre. Une division entre les organisations syndicales qui persiste et qui est attisée par le gouvernement. Un patronat qui est à l'offensive.

A l'occasion de cette conférence sociale, chaque organisation syndicale a eu une attitude différente. C'est pour chacune de nos organisations, présente ou absente, un choix assumé. La CGT a pris en conscience et à l'issue d'un processus de décision construit dans ses instances, avec ses militants, la décision de ne pas participer à la deuxième journée. Ce n'est ni un coup d'éclat, ni une posture.  Nous avons d'ailleurs été engagés dans la préparation de la conférence sociale, dans la préparation de propositions. Tu le sais.

L'amalgame que tu as fait ce matin entre le Front national et les syndicats qui ont quitté la conférence est insupportable. Tes propos font suite à une première allusion en ce sens lors de ton discours d'ouverture du congrès de ton organisation.

Ils portent atteinte à nos combats, à nos engagements, à notre honneur, à nos valeurs.

Ils fragilisent l'unité syndicale qui est chère aux salariés, qui es t constitutive de la solidarité du monde du travail et dont nous avons tant besoin aujourd'hui.

Ils sont une insulte à nos militants et à toute la direction confédérale.

Je souhaitais, cher laurent, te faire part de cela de façon franche et ferme.

Je t'adresse mes cordiales salutations.

Thierry Lepaon

Secrétaire général de la CGT


Retour à l'accueil