Urgence: défendre l'enseignement professionnel

Des représentants CGT des lycées professionnels de l'Emulation dieppoise, du Golf, de Jean Rostand à Offranville, du Bois à Envermeu, de Hurlevent au Tréport, de Descartes à Fécamp, et de Georges Brassens à Neufchâtel-en-Bray se sont retrouvés mercredi 15 février à l'Union locale de Dieppe pour faire le point.

Ils ont publié le communiqué suivant:

"L'an prochain, 105 emplois doivent être détruits dans les Lycées Professionnels de l'Académie de Rouen.

Et pour supprimer ces postes, le rectorat continue de dégrader systématiquement les conditions de travail et d'étude dans nos lycées.

Le rectorat continue partout sa politique d'augmentation délibérée des effectifs par classe. L'enseignement général est le plus touché, mais les matières professionnelles le sont aussi. Jusqu'à 30, voire 32 élèves en français, histoire-géographie, langues, EPS, maths, sciences... Comment aider les élèves en difficulté dans ces conditions ?

Le nombre d'heures supplémentaires imposées reste lui aussi très élevé. Pendant que des collègues font des heures supplémentaires, d'autres sont obligés de travailler sur deux établissements pour effectuer leur service complet !

Par ailleurs, alors que le président de la République et ses ministres ne cessent de parler de la nécessaire "réindustrialisation" de la France, les actes vont en sens inverse.

A Envermeu, le bac pro Technicien de scierie est menacé de fermeture, alors qu'il forme des employés pour l'industrie locale, et que le rectorat n'a pas fait le nécessaire pour promouvoir et valoriser cette formation.

A Fécamp, un chantier naval qui s'implante déclare manquer de chaudronniers qualifiés, alors même que des secteurs comme l'éolien off-shore ou le nucléaire en exigent de nombreux dans notre région.

De même, alors qu'on nous rebat les oreilles sur la "dépendance", le lycée de Neufchâtel devra attendre encore (jusqu'à quand ?) sa formation d'aide à domicile, alors même que tout est prêt pour l'accueillir et que les besoins dans cette branche sont manifestes !

Et ne parlons même pas des nombreux départs à la retraite des années à venir, qui exigeront bientôt une masse importante de travailleurs jeunes et qualifiés.

En pleine période d'explosion du chômage, le gouvernement fait donc le choix de continuer à détruire des emplois dans l'Education nationale, de détériorer les conditions de travail des personnels et de dégrader toujours plus les conditions de formation des jeunes dans notre pays.

Réunis aujourd'hui à Dieppe, les représentants CGT des LP de Dieppe, Envermeu, Le Tréport, Offranville et Neufchâtel-en-Bray, lanceront dans les jours qui viennent des initiatives pour défendre un enseignement professionnel public de qualité, capable de répondre aux besoins des jeunes et de la société.

A Dieppe, le 15 février 2012"

 

Non à l'austérité ! Non à la casse de l'Education nationale !

Défense des Lycées professionnels ! Oui à la réindustrialisation !

Non à la TVA sociale ! Non aux jours de carence !

Rassemblement le 29 février, à Dieppe,

devant la Gare SNCF, à 10h30,

 

Retour à l'accueil