Vœux de l'Union locale CGT de Dieppe

L'Union locale des syndicat CGT de Dieppe a présenté ses vœux aux militants et syndiqués CGT, aux élus et à la presse, le 7 janvier 2010 dans ses locaux, place Louis Vitet.

2010 Vœux de UL CGT Dieppe

Ce fut l'occasion pour Stéphane Beaufils, le secrétaire général de l'Union locale,  de brosser le tableau de la situation économique locale à l'issue de l'année 2009, marquée par la crise, et de proposer des perspectives pour l'année 2010.


"La crise est bien là", a-t-il fait remarquer, "tout nous montre que cette année encore les salariés risquent d'en payer les frais: augmentation des cotisations mutuelles de l'ordre de 5%, augmentation des assurances du même ordre, suppression de la taxe professionnelle qui va peser sur les impôts locaux, pas de revalorisation de Smic, pas de revalorisation des retraites au 1er janvier (reportée au 1er avril), recul de l'âge du départ à la retraite, augmentation du forfait hospitalier, déremboursement de médicaments, augmentations des tarifs des transports, et de l'énergie, etc." (...) "pendant que dans les hautes sphères boursières et patronales les cadeaux continuent de pleuvoir" (...) "alors que le PIB devrait atteindre les 2000 milliards d'euros en 2009".

"La guerre économique, et la mise en concurrence des salariés, pour réaliser encore plus de profits, font beaucoup de dégats dans notre département." et de rappeler la liste des entreprises qui ont pratiqué des licenciements ou mis en place des plans sociaux en 2009, dans la région dieppoise : Gévelot, Sonas, PCI, Alpine, Piochel, Inserdéco, Vallaquage, Rieter, Siarr, etc. Tout cela s'ajoutant à la suppression de centaines de postes dans l'éducation nationale, les douanes, la police, la SNCF, Franace telecom, EDF, GDF, Pôle emploi, la Caf, etc.

Stéphane Beaufils a formulé les vœux de l'Union locale pour l'année 2010, avec en priorité de "retrouver le plein emploi et un pouvoir d'achat digne de ce nom". Et d'appeler à la mobilisation des salariés et au renforcement numérique des syndicats.

En ce qui concerne la région dieppoise, après s'être félicité que, nouveauté depuis de très nombreuses années, il y avait un projet de création d'entreprise industrielle sur la zone portuaire, avec à la clé la création d'emplois directs et indirects, représentant sans doute plus de 100 emplois à temps plein, il s'est interrogé sur l'intérêt pour Dieppe, qu'il y aurait à le stopper et à transformer le port en garage à bateaux. Dieppe n'a pas vocation à n'être qu'une ville de retraités et de touristes.

"Oui", a-t-il dit, "notre Union locale est favorable à un projet de développement industriel sur la zone portuaire de Dieppe. Si ce n'est pas Uralchem, au cas où les services de l'Etat déclareraient le projet "Seveso", il ne faut pas céder les terrains portuaires à n'importe qui pour en faire n'importe quoi; il faut que ces terrains conservent leur caractère industrialo portuaire."

Il a, enfin, appelé les salariés à se mobiliser sur leurs revendications dès avant la fin du mois de janvier, en pointant particulièrement deux dates: le 21 janvier pour la défense des services public,  et le 24 mars pour la défense de l'emploi et du pouvoir d'achat.

Enfin il a appelé à la mobilisation sur le dossier des retraites.

Retour à l'accueil